Une force naturelle qui influence le

vivant : le champ de torsion.

Il est intéressant de comprendre l’origine et la nature des nuisances véhiculées par le sol. Les perturbations issues de pylônes, d’antennes relais ou d’éoliennes installées sur des points géopathogènes (points négatifs pour la croissance de la vie), provoquent des nuisances que l’on appelle champs de torsion.

Les recherches ont permis de mettre en avant deux types de champs de torsion :

  • Les champs de torsion statiques, induits par la forme d’un objet . Il s’agit des ondes de forme étudiées en géobiologie, qui peuvent également être produites par un menhir, un mât, un pylône, ou encore par les microcircuits de portable sans batterie.
  • Les champs de torsion dynamiques, qui constituent une composante de torsion d’ondes électromagnétiques et qui sont donc présents dès qu’il y a présence d’une onde électromagnétique.

Les champs de torsion sont créés par un spin des particules élémentaires ou par une forme. En effet, ces champs de torsion résultent de la nature des spins (moment angulaire des particules) : en pivotant sur elles-mêmes, les particules transportent de l’information sans énergie.

En fonction du sens du spin on parlera d’un champ de torsion droite (dextrogyre) ou gauche (levogyre). Les travaux de l’académicien russe Vlail Kaznatcheev ont démontré que les champs de torsion gauche ont une influence négative sur le vivant tandis que les champs de torsion droite ont un impact positif.

• Les champs électromagnétiques sont créés par une charge électrique.
• Les champs gravitationnels sont créés par une masse.
• Les champs de torsion sont créés par un spin (moment angulaire de particules quantiques) et/ou par une forme

Aujourd’hui, les phénomènes géobiologiques naturels véhiculent également des champs de torion levogyre (gauche) qui trouvent le plus souvent leur source dans des installations technologiques (pylône, antenne GSM, transformateur…). Les détecter et les corriger fait partie du travail en géobiologie moderne.

La géoécologie intègre l’analyse des

éléments naturels et artificiels.

La géobiologie s’occupe habituellement de mesurer les influences extérieures, notamment les énergies issues de la terre (telluriques) sur l’habitat, les humains et les animaux.

Plus récemment et par la force des choses, cette discipline ancestrale s’est intéressée aux perturbations électriques et électromagnétiques générées par l’activité technologique humaine, grand facteur de nuisances dans nos maisons et appartements.

Des scientifiques russes se sont intéressés particulièrement aux nuisances provoquées par les pylônes, les antennes-relais, les éoliennes et autres installations électriques, publiques ou domestiques. Leur approche apporte d’autres connaissances sur la nature des énergies en jeu et surtout de nouvelles méthodes de correction. En Russie, cette discipline se nomme lagéoécologie et est enseignée dans quelques Universités. La géoécologie constitue peut-être une évolution forcée de la géobiologie, qui intègre l’étude de l’ensemble de l’environnment, naturel et artificiel, sur les êtres vivants.

Stress géopathogène:

Un point géopathogène est un endroit négatif pour la croissance de la vie sur terre. L’équilibre naturel y est perturbé et les organismes vivants ne peuvent évoluer normalement. Un grand nombre de médecins, d’architectes et de physiciens ont mis en évidence les relations entre le stress géopathogène engendré par des phénomènes géobiologiques présents sur un lieu et l’état de santé des personnes qui y vivent.

Les endroits sur lesquels il ne fait pas bon de vivre sont ceux où sont présents un ou plusieurs phénomènes parmi :

  •  les courants d’eau souterrains
  • les failles géologiques
  • les cavités
  • les perturbations du champ magnétique terrestre
  • les réseaux telluriques (dont les principaux sont les réseaux Hartmann, Curry, Sacré et Diagonal)
  • la radioactivité
  • les phénomènes vibratoires dits subtils, car invisibles à l’œil nu
  • les champs électromagnétiques artificiels

La végétation située à proximité d’un point géopathogène peut avoir des problèmes de croissance. Une haie peut ne pas pousser là où de l’eau passe. Un arbre fruitier sera penché ou grandira en tournant sur lui-même. Les animaux de fermes confrontés à un stress géopathogène présentent des troubles immunitaires, des mammites chroniques, de l’eczéma…

Les habitants d’une maison dont les zones de repos sont traversées par des points géopathogènes se plaignent souvent d’insomnie, d’irritabilité, de stress, de fatigue chronique, d’affaiblissement immunitaire, de décalcification osseuse, de perte de cheveux, de cauchemars… Passer de longues heures dans de tels endroits peut être un facteur aggravant pour l’état de la santé. L’analyse géobiologique permet de localiser ces stress géopathogènes et de trouver le moyen d’y remédier.

LE RESEAU TELLURIQUE:

La Terre, notre planète est loin d’être un globe inerte. Notre Terre est active et vit ! Une partie de cette activité est visible : le sol tremble, les volcans entrent en éruption, la boussole indique le Nord, la marée alterne flux et reflux. La terre présente également une autre activité moins visible véhiculée par la nature du sous-sol, qui comprend notamment les failles, les zones de failles et les courants d’eau.

Nuisances naturelles et pollution

Lorsqu’un bâtiment se trouve sur une zone de faille, il subit :

  • un dégagement de différents gaz : radon, thoron, CO2, CH4, H, He… dont certains, comme le radon, sont nocifs;
  • des émissions d’ondes électromagnétiques pulsées à basse fréquence (de quelques hertz à plusieurs kilohertz);
  • de faibles mouvements du sol qui peuvent provoquer de petites fissures.

Ce sont là des phénomènes naturels qui existent depuis l’origine de la Terre.

Nuisances technologiques

Au delà de ces nuisances naturelles se sont développées, des perturbations électromagnétiques directement liées à l’activité humaine et à l’accroissement de l’utilisation des technologies. Ainsi, les êtres vivants reçoivent une nouvelle forme de pollution, qui peut-être véhiculée par les phénomènes naturels du sous-sol : les perturbations liées à un pylône haute tension ou à une antenne-relais GSM sont véhiculées par le réseau tellurique.
La propagation de ces énergies négatives sera donc influencée par la géologie: croisement de failles, circulation de l’eau, nature des roches, par la forme des pylônes (particulièrement leur hauteur), par l’emplacement des mises à la terre et par la puissance des émetteurs et les fréquences concernées. Le cumul de ces facteurs entraîne une augmentation des perturbations.
Cette forme de pollution, propagée par les failles du sol, constitue un phénomène relativement nouveau qui est lié à la saturation du sol. Jusqu’à présent la terre pouvait absorber une certaine dose de rayonnement électromagnétique, ces perturbations étaient alors sans effet ou de moindre incidence.

Mais depuis que notre planète est saturée de produits chimiques, bombardée de rayonnements divers de toute part, elle n’a plus la capacité de les absorber. Ces champs « courent » alors le long des lignes de faille et de cours d’eau.

                                     Réseau tellurique

La camera GDV permet d’obtenir un cliché de l’effet Kirlian de tout objet physique et du corps humain. Le résultat est obtenu par l’excitation électrique des gaz diffusés par la peau humaine, donnant un effet « couronne » autour des doigts et des orteils. L’analyse de ces empreintes donne d’énormes possibilités de dépistage de dysfonctionnements au niveau de la santé. La caméra GDV a été mise au point par l’équipe de recherches de l’Université Médicale de St Petersbourg, dirigée par le Prof. Konstantin Korotkov. Le procédé reprend celui de l’effet Kirlian en le développant à partir d’un matériel moderne, plus efficace, instantané (une caméra digitale) et met en valeur sous forme de graphiques les données de santé physique et psychique dégagées selon les formes et les localisations des « flammèches » composant les « couronnes ».

 

camera_kompakt      GDV Soft

gdv1 gdv2 gdv3gdv4
Avant la mise des dispositifs de protection : face déséquilibre des plages de luminescence G /D, profil déséquilibre Av/Ar
1- dysfonction colitique, 2- dysfonction hépatique, 3- dysfonction pancréatique, 4 – dysfonction stomatologique, 5 – dysfonction thyroïdienne, 6 – retentissement vertébral, 7 – impact résiduel des matériaux en bouche et fonction occlusale
35 minutes après la mise des dispositifs de protection : répartition plus homogène de la luminescence. Seul persiste un défaut de luminescence résiduelle dentaire, dus aux matériaux dentaires.

Voici un test accessible à tous afin de se rendre compte d’un des effets directs d’une nuisance sur la résistance musculaire d’un être humain. Il est également intéressant pour se rendre compte des effets positifs des systèmes de corrections. Je vous invite à le faire avec votre téléphone portable et à côté de votre compteur électrique !

test de résistance musculaire

Dans un endroit sans perturbation, demandez à la personne testée de tendre son bras le plus fort (droit pour un droitier, gauche pour un gaucher). Exercez ensuite une pression vers le bas au niveau du poignet de la personne testée et demandez à la personne de résister le plus possible. Vous aurez alors tous les deux une bonne idée de la résistance musculaire ‘normal’ de la personne.

Mettez-vous ensuite dans un endroit perturbé, ou tenez l’élément à tester dans la main gauche (par exemple, un GSM). Renouveler le test de résistance en exerçant une pression sur le poignet du bras tendu.

Vous constaterez si la zone ou l’objet testé a un effet quelconque sur le corps humain. Si c’est le cas, vous ressentirez une résistance largement diminuée. Dans certaines situations, la personne testée ne semblera n’avoir plus aucune force dans le bras.

Influences potentielles

des basses fréquences:

Reprenons une vue d’ensemble des principaux effets biologiques mis en évidence par la recherche sur les champs électromagnétiques de basse fréquences:

  • Apparition de fatigue chronique
  • Diminution de sécrétion de la mélatonine
  • Augmentation des maux de tête et des dépressions
  • Effets sur le métabolisme de la membrane cellulaire
  • Activation de proliférations tumorales
  • Augmentation de la fréquence cardiaque
  • Augmentation ou diminution du nombre de globules blancs
  • Modification de la formule leucocytaire
  • Rupture de la chaîne ADN
  • Augmentation des malformations foetales
  • Une diminution de la fertilité
  • Augmentation du risque de leucémie

Influences potentielles

des hautes fréquences:

Les normes actuelles sur l’utilisation des hautes fréquences sont basées sur l’effet thermique des micro-ondes. Les études scientifiques publiées prennent en considération un élément supplémentaire : les ondes électromagnétiques ont un effet sur les cellules VIVANTES, l’effet biologique.

Reprenons les principaux effets biologiques mis en évidence par la recherche sur les champs électromagnétiques de hautes fréquences :

  • Apparition de fatigue chronique
  • Apparition de stress
  • Augmentation des maux de tête et des dépressions
  • Affaiblissement du système immunitaire
  • Troubles de la tension artérielle
  • Troubles cardiaques
  • Activation de proliférations tumorales
  • Augmentation de la fréquence cardiaque
  • Fuite dans la barrière hémato-encéphalique (sensée protéger le cerveau des molécules indésirables qui se trouvent dans le sang)
  • Tumeurs cérébrales
  • Diminution de sécrétion de la mélatonine
  • Cancer du sein
  • Risque de la maladie d’Alzheimer
  • Modifications de la formula sanguine

Influences potentielles

sur la santé:

Les champs électromagnétiques, omniprésents dans notre vie quotidienne, font peser un risque important sur notre santé. Les effets nocifs de certains champs électromagnétiques artificiels sont aujourd’hui bien réels et démontrés par de nombreuses études.

Tout être vivant fonctionne selon des mécanismes électriques et électromagnétiques très précis et très sensibles. Un rapport de l’Association Internationale de Radioprotection (IRPA) relate : « Dans tous les organismes vivants, il existe des champs électriques et des courants endogènes qui jouent un rôle dans les mécanismes complexes de contrôles physiologiques, telle que l’activité neuromusculaire, les sécrétions glandulaires, les fonctions de membranes cellulaires, le développement, la croissance et la réparation des tissus. Il n’est pas surprenant que, suite au rôle exercé par les champs et les courants électriques dans tant de processus physiologiques de base, des questions soient posées quant à des effets possibles de champs artificiels sur les systèmes biologiques ».

Les chercheurs, les autorités et les industriels de l’ensemble de la planète se livrent actuellement à un réel débat sur la question des effets potentiels. En août 2007, un groupe de chercheurs internationaux a réalisé la plus grande recherche scientifique sur le sujet des pollutions électromagnétiques : le rapport BioInitiative. Ce rapport récapitulatif passe en revue plus de 1500 travaux publiés. En outre, il a été validé par une haute autorité européenne : l’Agence Européenne de l’Environnement. Une seconde édition du rapport BioInitiative a été publiée en 2012, 5 ans après le premier travail réalisé. 1.800 études scientifiques ont alors été analysées.

Le rapport BioInitiative constitue un appel à la précaution sans précédent. Aujourd’hui, personne ne peut ignorer ni contester la réelle influence des champs électromagnétiques artificiels sur l’activité biologique vivante.

Le retrait des compagnies d’assurances:

La plupart des compagnies d’assurances ont choisi d’exclure de leurs garanties toutes formes de maladies pouvant être directement liées à une exposition aux champs électromagnétiques.

Sous la pression des compagnies de réassurance, les assurances professionnelles et industrielles en responsabilité civile (R.C.) ont assorti leurs polices de clauses d’exclusions. Voici quelles sont ces clauses:

Les dommages causés par tout fait ou succession de faits de même origine, dès lors que ce fait ou ces faits ou certains des dommages causés proviennent ou résultent de toute source de radiations ionisantes, des propriétés radioactives, toxiques, explosives ou autres propriétés dangereuses des combustibles nucléaires, produits ou déchets radioactifs;

  • les dommages immatériels non consécutifs;
  • tous les dommages, pertes, frais ou dépenses de quelque nature que ce soit, causés directement ou indirectement par, résultant de ou lié de quelque manière que ce soit aux champs électromagnétiques (EMF);
  • tous les dommages, pertes ou dépenses de quelque nature que ce soit, causés directement ou indirectement par, résultant de ou lié de quelque manière que ce soit aux organismes génétiquement modifiés (OGM);
  • tous les dommages, pertes ou dépenses de quelque nature que ce soit, causés directement ou indirectement par, résultant de ou lié de quelque manière que ce soit à l’encéphalopathie spongiforme transmissible (TSE) en ce compris dans sa manifestation chez l’homme.

S’il n’y a aucun risque pour la santé, pourquoi les compagnies d’assurances appliquent-elles ce principe de précaution ?

Les analyses de Mesures et Protection permettent de dresser la situation des pollutions électromagnétiques présentes dans un environnement. Nous nous efforçons également de mettre en place des solutions de protection afin de respecter les normes bio-compatibles que nous préconisons :

Recommandations bio-compatibles pour les ondes de basses fréquences :

Champ électrique
(V/m)
Champ magnétique
(en A/m)
Champ d’induction magnétique
(en µT)
Champ d’induction magnétique
(en mG)
Zone de
repos :
5 V/m

 

Autres :
10 V/m

Zone de repos :
0,04 A/m

 

Ecoles et nouvelles constructions :
0,08 A/m

Autres bâtiments :
0,16 A/m

Zone de repos :
0,05 µT

 

Ecoles et nouvelles constructions :
0,1 µT

Autres bâtiments :
0,2 µT

Zone de repos :
0,5 mG

 

Ecoles et nouvelles constructions :
1 mG

Autres bâtiments :
2 mG

 

Recommandations bio-compatibles pour les ondes de hautes fréquences :

Fréquence
Champ électrique
(V/m)
Densité de puissance
(W/m²)
Densité de puissance
(µW/cm²)
900 Mhz
1800 Mhz
Ondes pulsées extérieures :
0,6 V/m

 

Ondes pulsées intérieur
des bâtiments:
0,194 V/m

Ondes pulsées extérieures :
0,01 W/m²

 

Ondes pulsées intérieur
des bâtiments:
0,00001 W/m²

Ondes pulsées extérieures :
0,1 µW/cm²

 

Ondes pulsées intérieur
des bâtiments:
0,01 µW/cm²

 

Nos recommandations prennent en compte celles émises par les dernières publications scientifiques (notamment le rapport BioInivitavie). Elles sont le reflet des connaissances actuelles et sont susceptibles d’être modifiées en fonction des dernières recherches.

Les normes liées à l’activité

électromagnétique:

L’objectif d’une norme devrait être de déterminer le seuil limite d’exposition en dessous duquel il est certain qu’aucun danger n’est à signaler pour la santé des normes sont établies. Les normes officielles sont rarement fondées sur base de ce principe de base.
Les normes officielles sont fixées par les autorités. Des organismes indépendants (dont l’ICNIRP et le FCC) soumettent des recommandations aux Etats qui déterminent ensuite les valeurs limites d’exposition. Très souvent, le résultat des recherches scientifiques annoncent des risques sanitaires pour des expositions situées en dessous des normes en vigueur. Le rapport BioInitiative (analyse de 1.800 études scientifiques) critique sévèrement les normes officielles.

Il me semble capital de s’appuyer sur les découvertes scientifiques afin d’appliquer le principe de précaution. Les valeurs limites que j’utilise comme référence lors d’analyse de lieu de vie se basent sur les recommandations objectives appliquées par certains pays précurseurs ou déterminées par des études scientifiques jugées pertinentes. Nous les appelons les normes biocompatibles, car compatibles avec la vie. 

Les hyperfréquences:

Les systèmes de communication sans fil utilisent les hyperfréquences pour leurs propriétés de propagation. Ce sont les ondes électromagnétiques qui véhiculent l’information souhaitée dans l’environnement.

Elles permettent de transporter la voix (pour la téléphonie sans fil, les réseaux GSM, les baby-phones), des images (la vidéosurveillance, l’UMTS) ou encore des données (les systèmes Wifi, Bluetooth…).
Une exception est toutefois à signaler pour les micro-ondes ménagers qui utilisent au mieux l’effet thermique des hyperfréquences afin de chauffer aliments et boissons.

L’utilisation de ces technologies engendre la présence d’ondes électromagnétiques artificielles dans notre environnement quotidien. Invisible à l’oeil nu, le brouillard électromagnétique (également appelé electrosmog) peut être extrêmement important suivant les émetteurs en présence.

Les émetteurs émettent des ondes électromagnétiques qui se différencient par leur fréquence (exprimée en Hertz) et leur puissance (exprimée en Watt). L’audit électromagnétique consiste à analyser les types d’ondes présents dans l’environnement et de mesurer leur densité de puissance. La comparaison avec les normes biocompatibles permet d’évaluer les risques potentiels et de prendre les mesures de protection nécessaires.

                                        

 

                                                                                votez merci!